Umm Daraj : la mise en service d’un barrage ancien

Ceci est une reproduction d’un article publié en 2013, la référence de l’article se trouve en bas de la page

Pour visualiser les images du chantier cliquez ici


Le nom de ce barrage renvoi à un escalier creusé dans la roche, qui donne accès à l’intérieur du bassin (Figure 41). Ces marches ont été cachées par le comblement du sable. Elles ne sont apparues qu’après le dégagement du barrage. Six marches, taillées dans la roche, se trouvent sur la paroi de la rive gauche. Elles conduisent au fond de la retenue et permettaient un entretien plus aisé (curage, réfection des enduits, surveillance de l’édifice) et aussi, probablement, un accès à l’eau lorsque le niveau de la réserve diminuait.

Fig. 41 : les marches qui donnent accès à l’intérieur du barrage d’Umm Daraj

En 2010, nous avons engagé des travaux de dégagement du barrage d’Umm Daraj[1]. Ce barrage se trouve à 5 km du village de Ramm, à l’intérieur du désert. Nous avons confié l’étude du processus de remplissage à Nicolas Jacob, MCF en géographie à l’université Lyon 2. Patrick Ferrera, INRAP, été chargé de dessiner les parements et les coupes. L’objectif de cette opération était de prélever du matériel datable pour connaître la succession chronologique du comblement, d’une part, et de fournir à la population actuelle un barrage supplémentaire, d’autre part. Puisque les barrages anciens entretenus et les barrages récents sont aujourd’hui des propriétés privées, réservées à ceux qui ont les moyens d’entretenir ces ouvrages et de les construire, les plus pauvres sont dépendants de ceux qui veulent bien les accueillir avec leur bétail. Étant donné que les barrages comblés (Figure 42 et 43), abandonnés, ne sont la propriété de personne, un bédouin nous a demandé de dégager ce barrage afin qu’il puisse bénéficier à la communauté de ceux qui ne possèdent pas de barrage.

Fig. 42 : parements du barrage d’Umm Daraj

 

Fig. 43 : Umm Daraj avant le dégagement

Le sondage

Le remplissage du réservoir antique était constitué de sable (Figure 43), apporté surtout par l’érosion des rochers par la crue des eaux. Des graffiti nordarabiques érodés sont gravés sur la paroi, au fond de la vasque. Ces graffiti, illisibles, sont à une hauteur de 2 m environ à partir du comblement. Le réservoir mesure environ 35 m dans sa plus grande longueur pour une largeur moyenne d’une dizaine de mètres et une profondeur de 4 m environ.

Avant d’entamer le curage total du remplissage sableux, un sondage stratigraphique destiné à l’étude du remplissage sédimentaire a été fait dans la partie centrale de l’ancien réservoir

Le sondage a révélé des unités stratigraphiques et a fourni des informations sédimentaires (granulométrie, teneur en matériel organique, présence de carbonates) qui pourraient fournir des pistes afin de répondre à des questions relatives à la chronologie du remplissage et à la nature des sédiments.

Au total, 17 unités stratigraphiques ont été identifiées (Figures 44, 45 et 46). Du sable fin alterne avec des couches de consistance plus ou moins compacte. La dernière couche, celle du fond du réservoir (US 17), est épaisse de 1,5 à 2 cm. Sa couleur sombre suppose une composition organique (vase de fond de réservoir ou algues apportées par les précipitations).

Fig. 44 : l’emplacement du sondage

 

Fig. 45a : coupe stratigraphique, dessin, P. Ferreira (INRAP)

Fig. 45b : coupe stratigraphique, dessin, P. Ferreira (INRAP)

 

Fig. 46 : coupe stratigraphique, dessin, P. Ferreira (INRAP)

 

Description

Il s’agit d’une technique de construction très simple. L’édifice est constitué de deux murs de blocs d’environ 30 cm de largeur (Figure 42). Ces deux murs renferment un remplissage de blocaille, abondamment cimenté au mortier, et de petits éclats de grès, ce qui assure à l’ensemble une résistance à la poussée de l’eau et aux infiltrations. Sur la rive gauche, l’inclinaison de la paroi gréseuse diminue au niveau de la quatrième assise du mur et les assises supérieures débordent sur la roche en place en formant un angle dirigé vers l’intérieur du réservoir. L’ouvrage, très étroit à la base, a une largeur d’environ 1,20 m ; sa longueur développée est de 4,00 m au niveau du couronnement.

La partie basse des parements est calée par des dalles pour en assurer l’étanchéité et bloquer les infiltrations de la structure. L’épaisseur est d’environ 1m (Figures 47 et 48).

Fig. 47 : la base du mur

Fig. 48 : détail de la base du mur

Les deux murs de parement sont constitués de blocs de grès quadrangulaires, bien équarris, comportant un bossage grossier mais généralement assez bien conservé, surtout sur la paroi externe (Figure 49 et 50). Le module des pierres de taille est irrégulier pour la longueur, variant entre 25 cm. et plus de 60 cm, plus régulier pour l’épaisseur (proche de 27 cm). Les blocs sont jointoyés grâce à un mortier hydraulique ; de petits éclats de grès sont parfois utilisés pour assurer un niveau constant aux blocs d’une même assise.

Quelques blocs présentent des traces de pics de carrier, à la base du barrage ; mais il n’y a aucune trace d’érosion sur l’édifice. Sur le couronnement, une pierre d’angle présente des stries qui pourraient être des marques ou des inscriptions – dans ce cas, la pierre constitueraient d’un remploi, ce qui reste à vérifier par un spécialiste.

Fig. 49 : vue de détail du mur

Fig. 50 : parement interne du barrage d’Umm Daraj, dessin, P. Ferreira (INRAP)

Le couronnement du barrage est actuellement dépourvu de parement ou de dallage ; quelques pierres de taille présentes dans le réservoir, au pied du mur interne, laissent penser que la hauteur originelle de l’édifice était plus élevée. D’autres observations renforcent cette hypothèse : des encoches quadrangulaires (culées) sont en effet visibles dans la roche en place sur la rive gauche, dans l’alignement des parements du barrage. Ces encoches sont situées à une hauteur équivalant à l’épaisseur de deux rangées supplémentaires de blocs par rapport au couronnement actuel du barrage. Leur taille correspond au module des pierres du parement. L’enduit qui sert de mortier hydraulique dans les joints du barrage est présent à des angles de ces encoches. On remarque enfin les traces d’un piquetage joignant l’extrémité du mur interne et le bord d’une de ces culées. On peut envisager que ces petites aspérités ont servi à renforcer l’adhérence du mortier au contact des pierres de taille et de la roche en place. Ces observations semblent confirmer l’hypothèse que le barrage débordait davantage sur la paroi de la rive gauche et qu’il était plus élevé qu’actuellement.

Fig. 51: vue du mur depuis l’intérieur

Sur la paroi de la rive droite, un encroûtement blanc est présent jusqu’à une vingtaine de centimètres au-dessus des blocs du couronnement. Il consiste en une couche externe très lisse et d’aspect crayeux et une couche interne d’aspect sableux. On retrouve aussi cet encroûtement sur les parois du réservoir, à une hauteur équivalente à celle du remplissage sableux. Il est en revanche absent à la même hauteur du côté aval du barrage. À proximité du site, cette croûte blanche est présente dans certaines diaclases ainsi qu’au pied de certaines parois. Ce matériau a été prélevé pour des analyses mais, après une première observation, il évoque un précipité carbonaté – probablement né dans des eaux peu froides – qui a pu pénétrer à travers une mince épaisseur du grès altéré en surface, ce qui expliquerait la présence des deux couches d’aspect différent. Hors du barrage, la formation de ce dépôt pourrait être liée à la concentration du ruissellement dans les diaclases ou à une stagnation saisonnière des eaux dans des dépressions.

À proximité de l’escalier mentionné plus haut, on remarque encore quelques encoches dans la paroi de rive gauche, au droit d’une diaclase. Ces marques sont très émoussées mais paraissent très similaires aux culées que nous venons de décrire. Des blocs équarris gisent au pied de cette diaclase dans le fond du réservoir.

Au vu de ces éléments, il est assez tentant de penser qu’un petit mur avait été édifié devant cette diaclase afin de l’obstruer et de parfaire l’étanchéité du réservoir. Comme la fissure n’est pas très large et que la paroi est inclinée, il est possible que les blocs n’aient pas eu une assise suffisante et que l’ensemble ait été descellé lorsque le barrage n’a plus été entretenu.

Ces éléments plaident en faveur d’un ouvrage de rétention un peu plus élevé qu’actuellement, c’est-à-dire  d’une rangée de pierres en rive droite et de deux rangées dans la partie plus basse en rive gauche. Cette rehausse correspondrait assez bien au niveau de l’encroûtement blanc. Il était sans doute complété par un petit barrage secondaire destiné à éviter les pertes d’eau par une diaclase

Une fois le réservoir dégagé, il est possible d’en mesurer la contenance totale. Avec une longueur de 35 m., une largeur moyenne de 11 m. et une profondeur moyenne de 3,5 m. (4 m. sous la chute d’eau à l’amont, 3 m. contre le barrage en prenant en compte les assises manquantes actuellement), le réservoir pouvait contenir environ 1350 m3 d’eau (Figure 52).

Fig. 52 : Umm Daraj, le barrage après la première pluie

Datation

L’analyse C14 de six échantillons a donné une fourchette de dates allant du 5e au 17e siècle. Ces datations correspondent à une époque où le bassin a commencé à se remplir de sable, c’est-à-dire lorsqu’il n’était plus en activité. Son nettoyage, qui nécessite de grands moyens, a dû être abandonné par la population locale qui s’est tournée vers la construction de barrages plus petits et plus facilement nettoyables.

US 27 Âge calibré : 407 à 542 apr. l’ère chr.
US 16 Âge calibré : 653 à 767 apr. l’ère chr
US 8 Âge calibré : 596 à 658 apr. l’ère chr
US 6 Âge calibré : 610 à 690 apr. l’ère chr
US 3A Âge calibré : 658 à 772 apr. l’ère chr
US 1 Âge calibré : 1490 à 1654 apr. l’ère chr

Des inscriptions nordarabiques très érodées sont gravées sur la paroi de ce barrage (Figure 53). L’accès à l’endroit où elles sont gravées est très difficile à moins de supposer qu’elles ont été gravées à un moment où le barrage a commencé à être comblé, c’est-à-dire après le 5e s. (US 27). Hormis ces inscriptions, nous n’avons pas trouvé, à proximité immédiate du barrage, des céramiques ou des inscriptions, comme c’est le cas à al-Kharaza.

Fig. 53 : emplacement des inscriptions nordarabiques

Observations générales

Les techniques de rétention d’eau de pluies observées à Wādī Ramm sont semblables à celles que l’on trouve à Pétra ou ailleurs en Jordanie. Des expertises menées à Tal Remah, dans le cadre de la restauration du système hydraulique traditionnel, montrent des similitudes de techniques employées à Titin (Oun, et al., 2011)[2]. Une autre étude, menée cette fois à Titin, souligne la catastrophe écologique qui touche la région et la nécessité de mettre en place un plan de réhabilitation des systèmes hydrauliques traditionnels (Farajat, et al., 2005).

Un politique de réhabilitation de ce type de vestiges pourrait venir en aide à la population locale en mal de trouver de l’eau. Ce type d’étude pourrait donc non seulement servir pour connaître les systèmes hydrauliques antiques, puisque Al-Kharaza et Umm Daraj ont été réalisés par les Nabatéens pour assurer l’approvisionnement en eau des caravanes qui traversaient la région (Eadie, et al., 1986). Ce type d’opération est important pour connaitre les changements climatiques et mettre à la disposition de la communauté locale un réservoir supplémentaire pour s’approvisionner en eau.

 

Remerciements

Le dégagement du barrage d’Umm Daraj a nécessité la mobilisation de quatorze ouvriers, quatre personnes pour la gestion de matériel, deux chauffeurs et une équipe de cinq personnes détachées d’Aqaba Special Economic Zone Autority (ASEZA) pour le projet. L’éloignement du site a compliqué l’acheminement de l’équipe et du matériel. Sans l’aide et le soutien sans réserve du Commissionner pour l’environnement, Dr Salim al-Moughrabi (ASEZA), ce projet aurait été impossible à réaliser. Je tiens à remercier Patrick Ferreira et Nicolas Jacob d’avoir accepté de participer à ce projet.

 

Bibliographie

Caro, R. et Eagleson, P. 1981. Estimating aquifer recharge due to rainfall. Journal of Hydrology. 1981, Vol. 53, pp. 185–211.

Eadie, J. W. et Oleson, J. P. 1986. The water-supply systems of nabatean and roman Humayma. Bulletin of the American Schools of Oriental Research. 1986, Vol. 262, pp. 49-76.

Farajat, M., Amoush, H. et Abou Salah, R. 2005. Hydroge-ophysical exploration for groundwater potentials titin basin, south jordan. Hydrogeologie und Umwelt. 2005, Vol. 8, pp. 1-13.

Farès-Drappeau, Saba et Zayadine, Fawzi. 2001. A priliminary report on the forth season of the Wâdi Iram Epigraphical, Geographical and Archaeological survey. Annual of Department of Antiquities of Jordan. 2001, Vol. 45, pp. 205-216.

Ministry of Water and Irrigation. 2004. Environmental and Social Assessment Disi-Mudawarra to Amman Water Conveyance System. Amman, Jordan : s.n., 2004.

Oun, Mohammad et Tabin, Raed. 2011. Ecosystem restora-tion to secure water and food in the arid areas in jordan: tal remah case study. 2011.

Qudah, Khaldoun, A. et Smadi, Abdullah A. 2011. Trends in maximum daily rainfall in marginal desert environment: signs of climate change. American Journal of Environmental Sciences. 2011, Vol. 7 (4), pp. 331-337.


[1]   Il a fallu 14 ouvriers et un mois de travaux pour pouvoir dégager 2500 m3 de sable.

[2] Cette étude a été menée dans le cadre d’un programme de développement pour la réhabilitation des techniques traductionnelles pour l’approvisionnement en eau.


Pour citer l’article : Saba Farès, « Umm Daraj et al-Kharaza : les barrages antiques au service des nomades d’aujourd’hui « , Saba Farès (édit), Des déserts et des hommes : Wādi Ramm, Jordanie : histoire économique, religieuse, sociale et environnementale : actes du colloque international à Wādī Ramm, les 11,12 et 13 novembre 2011, 52, A.D.R.A.; De Boccard, pp. 227-260, 2013, Études anciennes, 978-2-913667-36-5. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search