Les Hommes numériques dans la ville intelligente

Amirah ALJASSIR, Elsa NEGRE

 Université Paris-Dauphine, LAMSADE – CNRS UMR 7243
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75775 PARIS Cedex 16, France
amirah.aljassir@gmail.com , elsa.negre@dauphine.fr

RESUME

Transformer une ville en une ville intelligente est un processus complexe et multidimensionnel, tributaire du temps, dans lequel tous les acteurs impliqués travaillent pour atteindre les meilleurs résultats. « Pour être intelligent », il est nécessaire de prendre en compte plusieurs aspects d’une ville dont l’économie, le gouvernement, les Hommes, la manière de vivre des citoyens, la mobilité, l’environnement, l’énergie et les services. Ainsi, la ville intelligente se concentre principalement sur l’humain, tout en comptant sur l’infrastructure des technologies de l’information et de la communication (TIC) ainsi que sur le développement urbain continu ; elle prend également en considération la durabilité environnementale et économique. Dans cet article, nous proposons de classifier les citoyens en tant qu’acteurs de la ville intelligente.

Abstract

Transforming a city into a smart city is a complex and multidimensional process, which changes over time since all the involved stakeholders work to achieve more and better results. “Being smart” affects many aspects of a city including economics, government, people, living, mobility, environment, energy and services. Thus, smart city focuses primarily on humans, while relying on the infrastructure of the information and communication technologies (ICT) as well as the ongoing urban development; it also takes into account the economic and environmental sustainability. In this article, we propose to classify citizens as actors of the smart city.

Mots-clés : Ville numérique intelligente, Homme numérique, Système d’Information, Classification, Personnalisation.

Keywords: Smart City, Digital human being, Information System, Classification, Personalization.


  • Introduction

    À l’ère de la révolution numérique, la technologie joue un rôle de médiateur qui facilite les interactions entre les environnements physiques des citoyens et l’environnement numérique. La ville intelligente a recours à un réseau toujours plus puissant d’infrastructures, de flux (humains, matériels, de logiciels, de données et de procédures) et de services numériques utilisant les technologies de l’information et de la communication (TIC). De plus, les systèmes de gestion dans le sens de la « bonne gouvernance » favorisent une conduite optimale et un contrôle global qui permet que les développements soient mesurables et vérifiables.

  Les enjeux économiques, sociaux, organisationnels et environnementaux touchent de plein fouet les territoires urbains (Tiano, 2010 ; Boukarta, 2011). En outre, la croissance de la population urbaine et l’urbanisation rapide a exacerbé de nombreux problèmes et en a créé de nouveaux. Ces problèmes sont complexes et vastes comme les niveaux élevés de l’interdépendance des réseaux, les objets connectés et la complexité sociale et politique.

 Les villes intelligentes offrent une solution très prometteuse à ces problèmes : le monde numérique est intégré aux services traditionnels de la ville afin de contribuer à une croissance durable, d’améliorer la qualité de vie des citoyens, de participer à l’essor de l’activité des entreprises, etc. Aujourd’hui, les personnes peuvent avoir accès à l’information en temps réel ; d’où cette capacité à rendre visible l’invisible, par exemple, en transformant les idées conceptuelles en innovations (par exemple, les bracelets connectés, …), et en permettant ainsi des avancées significatives dans le domaine des technologies numériques.

    Toutes les villes intelligentes mettent en œuvre trois points essentiels. Premièrement, l’infrastructure des TIC (les interactions entre les différentes composantes des systèmes et des réseaux de la ville intelligente et l’infrastructure matérielle comme les bâtiments) permet d’obtenir des transactions de données efficaces : comment le flux d’informations passe d’un point A à un point B ? Il est nécessaire d’améliorer les infrastructures des TIC pour développer les services de la ville intelligente et répondre à la demande de services. L’objectif principal n’est pas limité au rôle de l’infrastructure des TIC, mais aussi au rôle du capital humain, de l’éducation, du social et du relationnel, et des questions environnementales (Lombardia et al, 2012).

   Deuxièmement, la ville doit avoir un cadre administratif précis et soigneusement intégré (Pardo & Nam, 2011).

    Troisièmement, une ville intelligente a besoin d’utilisateurs intelligents. Les TIC sont des outils inhérents à la création de la ville intelligente ; toutefois, ils sont inutiles si les utilisateurs ne disposent pas de compétences qui leur permettent d’interagir avec des services intelligents. La ville intelligente s’appuie sur un vaste réseau d’utilisateurs et de dispositifs intelligents, et incite les citoyens de la ville à utiliser ces services en fournissant du temps, des efforts et de l’argent (par exemple, Waze, qui est une application de trafic et de navigation communautaire).

    L’objectif de cet article est de proposer une classification des citoyens en fonction de leurs compétences numériques pour pouvoir personnaliser au mieux les services de la ville. Cet article est structuré en trois parties : la première est consacrée à la présentation de la ville intelligente. Ensuite, la définition des Hommes numériques. Enfin, la classification des Hommes numériques dans la ville intelligente selon leurs compétences.

  • Notions importantes
    1. La ville intelligente

    Le concept de ville intelligente a quatre axes de développement majeurs : l’économie, l’environnement, les citoyens et l’administration. La ville intelligente s’emploie à améliorer ces quatre axes liés à la gouvernance de la ville et au quotidien de ses citoyens à l’aide des technologies numériques (Moullintraffort, 2014). De nombreuses définitions existent et des travaux pour définir et conceptualiser la ville intelligente sont en cours.

   D’après Chourabi et al. (2012), une ville intelligente est une ville dont l’infrastructure physique, informatique, sociale, et de l’entreprise sont connectées ensemble pour bénéficier de l’intelligence collective de la ville. En d’autres termes, la ville intelligente désigne une ville instrumentée, interconnectée et intelligente. Elle peut être considérée comme un grand système organique reliant de nombreux sous-systèmes et leurs composants. Les facteurs essentiels pour comprendre des initiatives et des projets de ville intelligente et le succès sont la gestion et l’organisation que ce soit pour la technologie, la gouvernance, les communautés, l’économie, les infrastructures construites, etc.

    D’après Pardo & Nam (2011), les trois dimensions de la ville intelligente sont la technologie, l’institution et l’humain. Cette dernière dimension regroupe les gens, l’éducation, l’apprentissage et la connaissance parce que ce sont des facteurs clés inhérents à la ville intelligente.

    Les villes intelligentes exigent des innovations en matière de planification, de gestion, d’exécution et d’exploitation de leurs infrastructures et de leurs ressources. L’accès à la bonne information au bon moment permet aux citoyens, aux fournisseurs et au gouvernement de prendre les décisions les plus appropriées conduisant à une meilleure qualité de vie pour les citoyens et vise à l’établissement d’une ville durable (Hollands, 2008).

    Par conséquent, dans une ville intelligente, l’objectif principal n’est pas limité au rôle des TIC, mais peut s’étendre au rôle du capital humain, à l’éducation, au capital social et aux questions environnementales, c’est-à-dire en mettant l’accent sur les dimensions sociales et humaines de la ville dans une perspective de ville créative (Florida, 2004). Ces facteurs sont importants pour la croissance urbaine.

 

  1. Les Hommes numériques 

    Dans Atif et al. (2015), nous proposons qu’un individu ne soit pas simplement un être humain utilisant des artefacts numériques. Les êtres humains deviennent des êtres humains numériques, avec différents rapports à l’espace, au temps, à la mémoire et aux sources d’information et de connaissances.

    De plus, Prensky (2001) propose deux classes d’Hommes numériques, à savoir (i) les jeunes nés dans un environnement marqué par l’immanence des technologies numériques (les digitales natives), (ii) les plus âgés (les digitaux immigrants) nés dans un monde dépourvu ou presque de ces technologies. Cette classification va servir de base à notre classification (présentée dans la section suivante).

    En outre, le développement de la ville intelligente n’est pas l’unique terrain de jeu des seuls chercheurs, experts, architectes, urbanistes et autres, mais s’appuie aussi sur le concours des dizaines de milliers de personnes qui vivent dans la ville au quotidien (Iochem, 2014).

    Par conséquent, dans notre contexte de ville intelligente, les citoyens sont des Hommes numériques et sont également des acteurs au sein de la ville.

 

  • La classification des Hommes numériques dans la ville intelligente 

    La ville intelligente est celle qui se reconstruit autour des besoins de ses citoyens qui ne sont plus considérés comme des consommateurs de services mais comme des partenaires et des parties prenantes de son développement. Cette place nouvelle leur est accordée grâce à la démocratisation des moyens d’information permettant plus de participation. La ville intelligente se définit, donc, comme celle qui lie le développement urbain au développement humain.

    L’avenir sera hyperconnecté, c’est pourquoi il est nécessaire d’accueillir la plupart des évolutions (qui vont au-delà du matériel et des logiciels) répondant aux besoins des individus et des entreprises, et qui sont basées sur des règles, des différences culturelles, et des moyens de communication. « Les cultures, informatique et du numérique, ont beaucoup à voir avec une culture informationnelle, qui mettrait au cœur l’information sans exclure l’informatique, dans une perspective critique et citoyenne. Reste à bâtir cette éducation aux médias, à l’information ou aux TIC » (Drot-Delange & Bruillard, 2013). De plus, selon Knauf (2005), « Les évolutions culturelles, dans toutes leurs dimensions, sont plus rapides que le renouvellement des générations. Ainsi les natifs numériques nés aujourd’hui sont d’ores et déjà soumis à de profonds changements sociétaux et culturels ».

    Il y a de nombreuses cultures urbaines dans une ville mais elles ont tendance à fusionner en une forme distincte propre à chaque ville. En fait, cette « culture » visible d’une ville est comme la légendaire partie émergée de l’iceberg. En un sens, les cultures urbaines sont des systèmes « open source » : les citoyens comme les gens de passage, laissent tous un peu de leur empreinte dans cette « culture urbaine » (Sassen, 2011).

    Les métropoles sont des réceptacles d’identités et de communautés très diverses : ethniques, culturelles, religieuses, sociales, générationnelles, etc. Ces différences enrichissent les populations autant qu’elles les divisent. Ainsi, la volonté et les moyens de développer le « vivre ensemble » est une gageure pour les membres de toutes collectivités (Richard & Laclémence, 2012).

    Ainsi, ce qui compte par-dessus tout, ce sont les « Hommes » qui travaillent sur la composition et l’utilisation des informations et créent des applications, des services et la formation nécessaire pour rendre une ville intelligente, harmonieuse, agréable à vivre et plus efficace, sans dépenser plus. Par conséquent, la ville intelligente nécessite la participation et la collaboration[1] de tous ses acteurs à différentes échelles. Notons, par ailleurs que, dans leur désir d’amélioration des villes, les systèmes intelligents se heurtent au manque de participation des citoyens.

    De notre point de vue, il existe une distinction entre la ville intelligente et la ville traditionnelle. La première s’appuie non seulement sur les TIC, mais aussi sur toutes ses parties prenantes : ses citoyens et ses entreprises. L’intelligence d’une ville, c’est l’intelligence de ses citoyens. Ainsi, les villes traditionnelles ne peuvent pas répondre aux enjeux économiques, culturels et sociaux de la même façon que la ville intelligente, et ce, pour plusieurs raisons : (i) l’absence de conscience par les autorités responsables de l’importance pour ces villes de préparation et de  planification de villes intelligentes, (ii) le travail des villes intelligentes semble souvent limité à des actions gouvernementales et, (iii) à cause du manque de conscience des populations relatif aux fonctions des villes intelligentes qui servent la vie urbaine et contribuent à résoudre de nombreux problèmes.

    Développer les villes offre une place importante aux scientifiques, aux expertises citoyennes et aux décideurs. L’élément de différenciation entre une ville, une ville numérique et une ville intelligente est bel et bien les personnes « intelligentes ». Les personnes sont intelligentes du point de vue de leurs compétences et de leurs niveaux d’enseignement, de la qualité de l’interaction sociale en matière d’intégration et de vie publique ainsi que de leur capacité à ouvrir leurs portes au monde « extérieur ». Un élément clé dans le développement des villes est d’avoir des citoyens bien éduqués (Azkuna, 2012).

    La maîtrise des TIC et de l’information qu’elles rendent accessible nécessite de savoir naviguer dans un univers conceptuel complexe, qui n’est pas structuré et stable comme un livre, et de pouvoir trier et synthétiser les informations obtenues. La maîtrise de l’information numérisée requiert donc l’acquisition et la mobilisation d’une série de compétences numériques spécifiques. Celles-ci sont d’ailleurs considérées aujourd’hui comme des compétences clés pour tirer pleinement bénéfice de l’éducation tout au long de la vie (Brotcorne et Valenduc, 2009).

    Vendramin et Valenduc (2003, 2006) et Van Dijk (2005) distinguent trois niveaux de compétences numériques : (i) les compétences instrumentales qui ont trait à la manipulation du matériel et des logiciels, (ii) les compétences structurelles ou informationnelles qui concernent la nouvelle façon d’entrer dans les contenus en ligne, c’est-à-dire chercher, sélectionner, comprendre, évaluer, traiter l’information, (iii) les compétences stratégiques qui concernent l’aptitude à utiliser l’information de manière proactive, à lui donner du sens dans son propre cadre de vie et à prendre des décisions en vue d’agir sur son environnement professionnel et personnel. Nous adoptons cette typologie des compétences numériques.

    De notre point de vue, le manque de compétences numériques des citoyens relatives au système d’information de la ville intelligente est perçu comme un frein important à la réussite du développement des villes intelligentes. Nous avons identifié trois degrés de compétences des acteurs du système d’information de la ville intelligente afin de piloter la ville intelligente :

  • Les acteurs experts : les personnes spécialisées dans au moins un type de compétence numérique et ayant des connaissances importantes.
  • Les acteurs intermédiaires : les personnes qui ont certaines connaissances et compétences numériques mais ne sont pas considérées comme des experts.
  • Les acteurs novices : les personnes qui sont néophytes pour au moins un type de compétence numérique.

    Ainsi notre classification consiste à croiser les types des compétences numériques avec le degré de compétence des citoyens comme le montre le tableau 1 :

Type de compétence
Instrumentale Structurelle Stratégique
          Degré de compétence du citoyen Expert
Intermédiaire
Novice

Tableau 1: Classification des Hommes numériques dans la ville intelligente

    Il est nécessaire d’étudier attentivement le fossé numérique entre ces différents acteurs qui ont plus ou moins de compétences numériques en leur fournissant des informations et des connaissances. Cerisier (2012) a indiqué que « Les jeunes ne se caractérisent pas davantage par leurs comportements irresponsables que les adultes par leur sens des responsabilités. D’autre part, la distribution développementale (enfance, adolescence, âge adulte) est inopérante ».

    Le déploiement de politiques ciblées sur la réduction des inégalités numériques dans les usages par le biais d’accompagnements et de formations aux TIC ne doit pas faire oublier l’existence d’un problème plus général, celui du déficit d’égalité d’accès à l’éducation et à la formation pour tous (Brotcorne et Valenduc, 2009).

    Par conséquent, le défi crucial pour l’urbanisme contemporain est de comprendre comment développer les connaissances, les capacités et les aptitudes qui permettront aux organismes publics, au secteur privé et aux multiples utilisateurs des villes de remanier de manière systémique leur cadre bâti et leurs infrastructures urbaines (Eames et al., 2013).

    Finalement, notre classification reflète l’importance numérique des acteurs, leur rôle et leur situation particulière au regard du développement de la ville intelligente. Cela peut servir de base à la personnalisation des applications numériques au sein de la ville intelligente. Par exemple, personnaliser des systèmes mobiles en fonction des types d’utilisateurs dans le domaine du tourisme est considéré comme un facteur important pour le succès d’une expérience de voyage. Ainsi la personnalisation représente une opportunité intéressante à réaliser dans un environnement de ville intelligente (D’Amico & Del Bimbo, 2014).

  • Conclusion

    Les TIC sont devenues le moteur principal de la vie économique, sociale et politique à l’échelle mondiale. Ainsi, il n’y a aucune opportunité pour les gouvernements / villes de progresser à notre époque sans intégrer la révolution informatique. En effet, il y a une différence entre ceux qui « sont dedans » et ceux qui « ne le sont pas ». Cette différence s’accentue régulièrement. En conséquence, l’innovation dans le monde numérique est une course de vitesse et comme le dit Carroll (2013) : « Pour rester sur place, il faut courir. Et si vous voulez aller ailleurs, il vous faut courir au moins deux fois plus vite ».

    Dans notre contexte, la ville se compose de citoyens, qui diffèrent les uns des autres par de très nombreux aspects : compétences, besoins, situation géographique, attitudes, âges, etc. Par le biais de notre classification, nous divisons ces différents citoyens/acteurs de la ville intelligente selon leurs degrés de compétences numériques (Experts, Intermédiaires, Novices) et les types de compétences numériques (Instrumentales, Structurelles, Stratégiques). Cela pourra servir de base pour homogénéiser la répartition des citoyens et ainsi s’adresser à eux plus efficacement, en proposant des services adaptés à leurs besoins spécifiques et en leur fournissant des services personnalisés. Il serait par exemple possible d’améliorer la qualité de vie des citoyens.

    Par conséquent, nous pensons qu’il est nécessaire de personnaliser les informations présentées aux citoyens afin de les aider dans leur processus de prise de décision, en tenant compte, entre autres, de leurs expériences, âges et cultures. Autrement dit, dans notre contexte, le but de la personnalisation sera de faciliter l’expression du besoin du citoyen et de lui permettre d’obtenir des informations pertinentes. De plus, cela amènera les citoyens à devenir des acteurs plus impliqués de la ville intelligente.

 

Bibliographie

Linda Atif, Pierre-Emmanuel Arduin, Michel Grundstein, Elsa Negre, Camille Rosenthal-Sabroux. The role of the Enterprise’s Information and Knowledge System within the Digital Enterprise In proceedings of the conference KMIKS, Hammamet, Tunisia, avril 2015.

Iñaki Azkuna (2012). Smarter cities study: International study on the situation of ICT, innovation and knowledge in cities. The Committee of Digital and Knowledge-based Cities of UCLG, Chaired by Iñaki Azkuna, Mayor of the City of Bilbao.

Soufiane Boukarta. « Un développement urbain durable politisé ou une politique de développement urbain durable ?  », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Mondialisation et pays du sud, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 11 avril 2015. URL: http://cybergeo.revues.org/24879.

Périne Brotcorne, Gérard Valenduc, « Les compétences numériques et les inégalités dans les usages d’internet », Les Cahiers du numérique 1/2009 (Vol. 5), p. 45-68.

Eric Bruillard, Béatrice Drot-Delange (2013). Education aux TIC, cultures informatiques et du numérique : quelques repères historiques.

Lewis Carroll (2013). Les femmes et les hommes de la révolution numérique et mobile, http://www.fftelecoms.org/articles/les-femmes-et-les-hommes-de-la-revolution-numerique-et-mobile?page=1

Jean-François Cerisier (2012). Quand Marc Prensky enterre trop vite les digital natives, http://blogs.univ-poitiers.fr/jf-cerisier/category/culture-numerique/

Hafedh Chourabi, Taewoo Nam, Shawn Walker, J. Ramon Gil-Garcia, Sehl Mellouli, Karine Nahon, Theresa A. Pardo, and Hans Jochen Scholl (2012). Understanding Smart Cities: An Integrative Framework. In Proceedings of the 2012 45th Hawaii International Conference on System Sciences (HICSS ’12). IEEE Computer Society, Washington, DC, USA, 2289-2297.

Gianpaolo D’Amico, Alberto del bimbo (2014). Multi environment and device framework for tourist experiences in smart cities. In Museums and the Web 2013, N. Proctor & R. Cherry (eds). Silver Spring, MD : Museums and the Web.

Malcolm Eames., Tim Dixon., Tim May., Miriam Hunt (2013). City futures: exploring urban retrofit and sustainable transitions. Vol. 41,  n° 5, p. 504-516.

Hend Farouhc., Silvia Giordanob., Patrizia Lombardia., Wael Yousef (2012). Modelling the smart city performance, Innovation: The European Journal of Social Science Research, 25:2, 137-149.

Richard Florida (2004). The Rise of the Creative Class. 

Robert G. Hollands (2008). Will the real smart city please stand up? City 12:3, 303-320.

Thierry Iochem (2014). La ville intelligente ne se conçoit pas sans l’humain, Living City 2014.

Audrey Knauf (2005). L’interaction acteur-système d’information au cœur de la dynamique d’un dispositif d’intelligence territoriale, 4e Tic & Territoire : quels développements ? Île Rousse 2005 Journée sur les systèmes d’information élaborée.

Audrey Moullintraffort (2014). Ville intelligente, quelles tendances et quelles perspectives ?

Taewoo Nam, Theresa A. Pardo (2011). Conceptualizing smart city with dimensions of technology, people, and institutions. Proceedings of the 12th Annual International Conference on Digital Government Research. New York : ACM.

Marc Prensky (2001). Digital Natives, Digital Immigrants, On the Horizon, MCB University Press, Vol. 9 No.

Paul-Henri Richard, Patrick Laclemence (2012). Ville intelligente et sécurité globale. Convergences, avantages et limites pour de nouveaux paradigmes. Focus sur la gestion des crises de sécurité civile.

Saskia Sassen (2011). Interview de Saskia Sassen « Les défis des villes du future », http://www.senat.fr/rap/r10-594-1/r10-594-11.html

Camille Tiano, « Quelles valeurs pour revaloriser les territoires urbains ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Les valeurs de la ville, mis en ligne le 03 mai 2010, consulté le 13 avril 2015. URL : http://cybergeo.revues.org/23091.

Jan Van Dijk (2005), The deepening divide – Inequality in the Information Society, Sage, London.

Patricia Vendramin, Gérard Valenduc (2003), Internet et inégalités – Une radiographie de la « fracture numérique », Éditions Labor, Bruxelles.

Patricia Vendramin, Gérard Valenduc(2006), « Fractures numériques, inégalités sociales et processus d’appropriation des innovations », Terminal, n° 95-96, L’Harmattan, Paris, p. 137-154.


[1] Le travail « collaboratif » se dit de ce qui, dans un environnement informatisé ou en ligne, vise à favoriser la collaboration entre pairs, en permettant d’échanger et de partager des compétences pour mieux réussir un projet commun (Drot-Delange & Bruillard, 2013).


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search